Lettre 8




Kigali, le 30 mai 1928


                                       Mon bien cher papa,

J’ai reçu, le jour de Pentecôte, la bonne carte collective du jour de Pâques. Merci beaucoup à tous pour leurs affectueux souvenirs et bons souhaits.

Je suis arrivé hier à Kigali, où j’ai retrouvé le major Hoier. Il me prie de le rappeler à votre souvenir. Sa femme et Grethe insistent tellement pour qu’il rentre, que je pense qu’il va se décider. Dans ce cas, il reviendrait encore pour deux ans, mais probablement plus ici.

J’ai laissé la carte et Elissen, et nous resterons ici, le major et moi, quelques jours pour calculer.
Il fait très chaud à Kigali, mais nous avons une maison, ou plutôt un morceau de maison, dans le boma ( Résidence, caserne) à Kigali et une belle chambre bien aérée à l’étage ! de la maison (ancien bureau des postes qui se trouve sur une de mes photos).

Tout va bien ici, sans rien de sensationnel.
Mes plus affectueux baisers à tous, surtout pour ma chère mother et pour toi-même, mon cher papa.

Léon                                                                             




Et si on chantait ?
Ram pam pam – Joséphine Baker


La pub de l'époque

xx


Une réponse sur “Lettre 8”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.