Lettre 3




                              Muramvya, 29 février 28


                    Mon bien cher papa,

Me voilà en route. Je suis resté quelques jours à Usumbura pour les courses, visites officielles, etc.. J’ai retrouvé pas mal de vieilles connaissances dont le Lieutenant Colonel Pieren chez qui j’ai logé et pris mes repas en dehors des autres invitations.

Le 20, je suis grimpé à Bagatelle, notre camp de base pour organiser ma caravane et prendre ce dont j’avais besoin. Le chef d’escorte avait sa femme nouvellement accouchée à l’hôpital d’Usumbura et faisait la navette, ce qui m’a retardé.

A Usumbura et à Bagatelle, ce fut des journées mal organisées et très fatigantes.

Enfin, tout était à peu près en ordre, j’avais trouvé 4 boys … aussi bêtes les uns que les autres, deux de mes anciens porteurs étaient venus me rejoindre, plus le palefrenier avec le brave Philibert en excellente santé, même gros et gras ! et avec 3 soldats, dont un qui m’a suivi pendant 2 ans déjà, je suis reparti dimanche passé.

Les premiers temps, cela ne marche pas comme on voudrait : le cuisinier sait faire du pain, du café, et pas grand chose d’autre, les autres boys à l’avenant … enfin cela ne marche pas trop mal et j’espère qu’un ou deux de mes anciens boys viendront me rejoindre sous peu.

Je suis arrivé hier au petit poste de Muramvya , à 3 étapes d’Usumbura. Il est dominé par une grosse montagne où j’ai, il y a 2 ans, construit un signal qui est toujours debout ! Je n’étais jamais passé par ce poste-ci, il est très joli, plein de fleurs et d’arbres mais il y fait humide et froid, on est environ à 2000m. La grosse curiosité du poste est le potager, vraiment splendide avec tous les légumes d’Europe et des fraises en abondance. Il y a aussi une école, et la résidence du jeune roi Mambusta de l’Urundi.

Ce jour, il a plu dès le matin et il drache encore maintenant. Je ne partirai que demain.

C’est la pleine saison des pluies ici, peu favorable à la caravane, on mange le pain noir avant l’autre.

Le major Hoier m’attend au Ruanda aux environs de Kigali-Kabgayi ; je ne le rejoindrai probablement pas avant 10 jours : d’ici je pars vers Ngosi, puis Butare, puis Nyanza, puis Kabgayi.

J’ai reçu avant-hier une lettre de Tensette ( sa sœur ), la première aux T.O. Elle dit que tous trois sont contents et en bonne santé !

Je me réjouis de recevoir une lettre de la maison. Mon cher papa – puisque, de nouveau, il faut s’y prendre à temps – je t’envoie mes vœux les plus sincères et les plus affectueux d’heureuse fête. C’est triste de devoir te la souhaiter de loin, mais je viens de passer un 2ème bon congé et de si bonnes fêtes en famille que j’aurais mauvaise grâce de me plaindre.

En attendant avec impatience de bonnes nouvelles de tous, j’embrasse tout le monde bien affectueusement, mes meilleurs baisers surtout pour toi, mon cher papa et ma chère mother.
Vive St Léon ! Vive papa !

                              Léon



Et si on chantait ?
Le grand Léon – Fréhel

La pub de l'époque

4 réponses sur “Lettre 3”

  1. Charles,
    Je reviens sur l’abréviation T.O. largement utilisée par Léon dans ses lettres. En réponse à la question de notre cousine Danièle Petit-Haulet, tu dis que cela signifie « Territoires Occupés ». Je persiste à penser que cela voudrait plutôt dire « Territoires d’Outre-Mer ». Je me réfère pour cela à l’appellation de l’école Coloniale d’Anvers fondée en 1920, dénommée « Institut universitaire des Territoires d’Outre-Mer » et rebaptisée en 1923 « Université Coloniale de Belgique (‘Koloniale Hogeschool van België’) » puis en 1949 « Institut Universitaire des Territoires d’Outre-mer (INUTOM) (‘Universitair Instituut voor de Overzeese Gebieden’ (UNIVOG)).

    Source : https://www.bestor.be/wiki/index.php/Institut_universitaire_des_Territoires_d%E2%80%99Outre-Mer

    1. Salut, Philippe.
      Je viens d’envoyer un courriel à la Revue  » Mémoires du Congo » pour en savoir plus…je te tiens au courant.
      Charly

    2. Salut Philippe,
      Je pense aussi que T.O. est utilisé pour « Territoires Occupés ». A moins que de n’avoir pas été assez attentif à des références précédentes, il me semble que Léon parle des T.O. pour les régions du Rwanda-Burundi, anciens territoires allemands occupés par la Belgique au lendemain de 14-18

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

King-Muzingas-dancers-in-Nyanza-1928 - © Major Hoier

RASMUS-VILHELM HOIER (1885-1955) est d’origine Danoise.
Sous-lieutenant de l’armée danoise, il passe à la Force Publique du Congo Belge en 1908. Capitaine-commandant en en 1920 puis major en 1925, il termine sa carrière en 1929 avec le titre de lieutenant-colonel.

En 1926, il dirige la mission cartographique travaillant au Rwanda-Urundi et au Kivu à laquelle participe Léon.

Par la suite, il occupe différentes fonctions dirigeantes de l’Institution Parc National Albert.

C'était aussi un excellent photographe. Certaines de ses photos sont exposées au National Museum of Denmark.

Au pied des montagnes, MURAMVYA est une ancienne capitale royale.

C’est là que furent intronisés les MWAMI depuis NTARE RUSHATI au XVIe siècle jusqu’au dernier, NTARE V, qui fut destitué en 1966.

USUMBURA, parfois appelée USA, est une ville urundaise sur les bords du LAC TANGANYKA et qui devint sous la tutelle belge la capitale du RWANDA-URUNDI.

A l’indépendance du BURUNDI en 1962, elle prit le nom de BUJUMBURA.

Il s’agit vraisemblablement de PIERRE PIEREN (1887-1938).
Engagé volontaire en 1903, il a gravi tous les échelons : caporal en 1905, sergent en 1907, sous-lieutenant en 1911, capitaine-commandant en 1917.

Sous les ordre du général TOMBEUR, il participa à la campagne anglo-belge de conquête de l’Afrique Orientale Allemande. A la tête de 5.000 hommes, il commande la brigade nord et prend la ville de Tabora.

En 1922, il est nommé commissaire-adjoint à la Commission de délimitation des territoires mis sous tutelle.

Il était également professeur de topographie à l’Ecole Coloniale.



Il s’agit de MWAMBUSTA IV Bangiricenge (1911-1977), avant-dernier roi du Burundi. La dynastie Ganwa a régné pendant trois siècles.
Il accède au trône à l’âge de trois ans à la mort de son père en 1915 sous domination allemande.
En 1961, il devient le 1er chef d’Etat du Burundi indépendant. Son fils le prince Louis Rwagasore en est l’éphémère premier ministre puisqu’il fut assassiné la même année.
C’est son fils le prince Charles Ndizeye Mwambusta, né de sa deuxième épouse, qui lui succédera sur le trône en 1966 sous le nom de NTARE V après avoir destitué son père.
Mwambusta s’exile en Suisse où il décède en 1977.