Lettre 31




Le 6/03/30

                             Mon cher papa,

Me voici sur la colline Musego ou « l’oreiller » – cela ne ressemble d’ailleurs que fort vaguement à un oreiller ! et l’oreiller est trempé … car il pleut ces temps-ci de belle façon ! A part cela, tout va très bien chez moi ! Il n’en est hélas pas de même chez mon collège Hermans qui se trouve encore aux Mokoto et qui a des ennuis avec ses boys, ses soldats, tout son personnel et surtout ses porteurs … enfin, il ne lui reste guère de travail là-bas et j’espère que dans une bonne quinzaine, il me rejoindra à Rutshuru ou un peu plus tard à Kisenyi.

Je viens de passer deux jours à la mission de Rugari où je deviens un habitué ! peut-être pourrais-je y retourner pour Pâques – sinon, je serai un peu plus tard à la mission de Nyondo, près de Kisenyi où je dois passer pour gagner un sommet là-bas.

Voilà un mois et plus que je n’ai plus rien reçu comme courrier d’Europe et de Bukavu – j’entends cependant de mon camp ronfler les moteurs au loin sur la route ! sales camions et sales camionneurs qui ne se soucient guère de mes caisses et de mes lettres !
J’espère bien que cela va arriver et bientôt, et qu’il y aura de bonne nouvelles de tous !
A tous, mille affectueux baisers et mille souhaits de joyeuses Pâques.
A bientôt une plus longue lettre, mon cher papa, je t’embrase, ainsi que ma chère mother, bien fort et affectueusement.

                             Léon



Et si on dansait ?
Matanga Ya Mobido – Le Grand Kalle

La pub de l'époque


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.