Lettre 33




Gugo, puis Rugari le 26/3/30.

                             Mon bien cher papa,

Un petit bonjour par ce courrier ! Le courrier, c’est tous les 15 jours, le bateau de Bukavu à Kisenyi – jusque Kisenyi tout va bien – après, c’est plus aléatoire …
L’avant dernier courrier, on m’annonçait du ravitaillement – toute une série de caisses de vivres, vin, etc… du numéraire – tout un bazar ! J’avais besoin de tout, revenant des Mokoto où j’avais épuisé mes provisions … j’ai attendu 15 jours – à la fin, j’étais à bout de résistance ! J’avais déjà dû mendier un peu de farine et de sucre aux pères de la mission de Rugari ! J’ai demandé à l’administrateur de Kisenyi, un camarade du temps de Kigali, de m’envoyer des porteurs, ce qu’il a heureusement fait !

Le courrier … ? Le bateau est arrivé il y a dix jours à Kisenyi … j’attends toujours ; je n’ai même pas encore reçu mes lettres.
Or, un porteur fait facilement le trajet en deux jours … oui mais, à cause de la route ? automobile ? le portage est supprimé et interdit ; on doit avoir recours aux camions … et les camions ! d’abord il y en a fort peu ; la route est fort mauvaise, terrible par ces temps de pluie, et les camions ne voyagent pas souvent .. et encore faut-il voir si Messieurs les transporteurs veulent bien se charger de vos caisses… surtout lorsque ce n’est qu’une caisse ou deux, pour 40 km (au lieu de 80 km – trajet Rutshuru – Kisenyi) ils trouvent cela peu intéressant … alors, l’homme à moi qui surveille la route … regarde toujours et ne voit rien venir …

Lorsqu’on est en pleine brousse, on ne pense pas au courrier – pas à quelques jours près ! et on prend ses précautions pour le reste … mais je mesure à une série de signaux de part et d’autre de la route Kisenyi-Rutshuru et c’est bisquant d’être si près et de ne rien recevoir … Enfin, cela finira par arriver. Regrettons le temps des porteurs – l’Afrique à moitié civilisée ne me dit rien – rien de bon – A tous points de vue, vive la brousse … ou l’Europe !

Rien de neuf depuis mes dernières lettres. Il pleut beaucoup – beaucoup trop à mon goût ! La proximité des volcans augmente encore la « ration » journalière – le sol est terriblement détrempé et boueux partout ; le soleil rare, mais il fait clair. Les mesures avancent bon train et, à part la pluie, le pays est agréable.
Hermans doit avoir quitté la région de Masisi – enfin ! et doit être arrivé aux lacs Mokoto, côté Rutshuru Je lui ai envoyé 40 porteurs et 1 tonne de vivres pour « tenir » dans ce désert. Je compte le voir mi-avril par ici.

J’ai appris que mon ami, le commissaire de district Coubeau, était revenu à Kigali, marié (à 40 ans) et comme Résident du Ruanda. Il m’avait écrit pendant son congé pour m’annoncer son mariage – depuis, silence – et voilà que j’apprends qu’il est annoncé à Kisenyi, en inspection ;si j’avais su cela un peu plus tôt, je me serais arrangé pour y être ces jours-ci. Coubeau est une vieille connaissance, il était déjà résident f.f. en 24 et est un grand ami du major Hoeir, comme le mien.

J’attends de bonnes nouvelles de toi, mon cher papa, et de tous … au fait, il y en a peut-être à Kisenyi, mais … j’attends !

Voilà un petit bonjour qui devient grand ! Au revoir tout de même et à bientôt. Mille affectueux baisers à tous, surtout à ma chère mother et pour toi, les meilleurs.

                             Léon



Et si on dansait ?
Yaka Mama – Bankolo Mikisi

La pub de l'époque


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.